Interview – La Fine Equipe

Nous avons rencontré trois des membres de la Fine Equipe (Oogo, Chomsky et Gib) dans le magnifique cadre du Fort Carré d’Antibes pour la 9ème Edition du festival des Nuits Carrées. Entre terre et mer, le groupe a accepté de répondre à nos questions sans se prendre la tête.

La fine equipe

Nom de l ‘équipe : Gib (à gauche), OOGO (centre), Chomsky (à droite), (+Blanca)

Pour commencer, serait-il possible de faire une rapide présentation du crew ?

Oogo : Moi c’est Oogo, de La Fine Equipe. Je suis beatmakers, Dj et cofondateur avec Chomsky du label Nowadays Records qui produit La Fine Equipe, Fakear… Je suis Marseillais et j’habite à Paris depuis quelques années.

Chomsky : Je suis beatmakers dans la Fine Equipe et comme vient de dire Oogo, je suis cofondateur de Nowadays Records. Je viens de Paris et j’aime les bananes…

Gib : Moi c’est Gib, je viens de Marseille. Je fais du scratch, beatmakers et j’ai un studio d’enregistrement.

Donc vous c’est la Fine Equipe, pourquoi alors avoir voulu crée le duo « Hoosky ». Pourquoi avoir voulu développer deux projets musicaux simultanément ?

Chomsky : C’était juste pour tout mélanger parce que c’est deux projets ont deux identités différentes avec deux sons différents. Dans La Fine Equipe on est quatre, c’est quelque chose qui tient à ce groupe et Hoosky c’est quand même différent.

Et donc le premier projet c’était… ?

Chomsky : C’est La Fine Equipe ! C’est ce projet qui nous a « propulsé » !

En temps que beatmakers vous utilisez quoi comme instruments, équipements audio ?

Gib : Guitare, Basse et Batterie ! (Rires)

Chomsky : Non vraiment c’est à base de samplers en utilisant des MPC (cf : Music Production Center) utilisés beaucoup dans le Hip-Hop instrumental et les vinyles ! On utilise ces deux composants pour faire du beatmaking comme on l’entend pour la boulangerie 1. Maintenant on s’est diversifié et on utilise beaucoup plus l’ordinateur pour faire des beats, mais la base reste le samplers.

La fine equipe

Plutôt : Live, set ou total impro ?

Chomsky : Un mélange de live-set…C’est un live écrit, travaillé depuis maintenant deux ans. Tout est écrit, on joue les morceaux de notre album avec en fond un univers vidéo et pleins de lumières !

Vous m’avez parlé de votre label « Nowadays Redords » qui marche de mieux en mieux. On retrouve notamment La Fine Equipe, Fakear mais aussi de tout nouveaux artistes comme Douchka; Au final vous voulez quoi ? Continuer à le développer, garder une certaine part d’indépendance ?

Chomsky : Dans l’idée on veut vraiment que ça soit quelque chose de conséquent, on y travaille au jour le jour sans avoir de plan vraiment cadré même si au fond on a envie que les artistes qui bossent avec nous défoncent tout. On veut réussir à installer des artistes sur une nouvelle scène française voir mondiale. L’intérêt est de diffuser notre musique à un large public..

Et tous ces artistes vous les avez découverts comment ?

Chomsky : A la base on les a découverts parce qu’on les diffusait grâce à notre émission de radio entre Marseille et Paris. Ensuite par des plateformes comme MySpace ou Soundcloud.
Aujourd’hui, s’en vouloir être trop prétentieux, je pense qu’on a atteint une sorte de « référence » dans le beatmaking, en France en tout cas. On reçoit donc de plus en plus de projets hyper intéressants à défendre.

Vous êtes partis des albums de la « Boulangerie 1 puis 2 et 3 ». Tout ça s’est constitué avec une bande de potes ou par le biais de coups de cœur musicaux ?

Chomsky : C’est un peu les deux ce sont : « des coups de cœurs de potes » (Rires)  On est pas des chasseurs de tête quoi, on va pas chercher forcement les artistes pour les faire signer absolument. C’est quelque chose de naturel !

Vous avez des collaborations envisagées ?

Chomsky : Oui, là on en pas mal c’est vrai, notamment un EP en collaboration avec des rappeurs venant de Los Angeles et on a toujours aimé travailler avec des gens comme pour « Les boulangeries » qui étaient des albums « participatifs »…ça fait partie de la philosophie du groupe et du label.

Ça n’a rien à voir mais si je vous dis qu’on vous compare au nouveau C2C, vous en pensez quoi ? Fierté ou pas ?

Chomsky : Euh oui bien sur mais bon c’est pas pareil…

Oogo : Dans l’esprit oui et dans le veine musicale aussi ! On vient des mêmes instruments, on vient du scratch, des platines, du sampling, de toucher du vinyle, se les approprier, les retourner. Evidemment vu le succès qu’ils ont et comment ils ont permis au gens de découvrir cet univers musical avec des platines, avec des ordinateurs, pour nous c’est génial ! Ils ont ouvert la porte en grand comme les Birdy Nam Nam (♥︎) mais cependant on ne fait pas du tout la même musique. Voilà, nous on a plus qu’une platine sur scène et on a pas mal d’ordinateurs, de pads et de contrôleurs; Mais dans le « courant musical » au sens large bien sur on peut être comparé !

Pour en revenir à votre premier prix : le Prix Deezer Adami dans la catégorie « prix des VIP » ? Fierté ou pas ? Ça vous donne envie d’aller plus loin ?

Chomsky : Oui on est heureux, ça participe à la fierté d’être dans ce mouvement et surtout par rapport aux autres gagnants qui sont des groupes supers, faisant parties, pour pas mal d’entres eux, au paysage musical français depuis quelques temps.

Gib : Et en terme de promo pour nous c’est super, on a pu jouer au Casino de Paris ! Ça nous permet de faire des choses qu’on aurait pas pu faire si on n’avait pas participé et gagné le concours.

Vous avez joué pour la fête de la musique place de la République récemment, c’était comment ?

Chomsky, Gib et Oogo ensemble : Super, énorme, impressionnant, génial…

Chomsky : Pour résumer c’était cool mais court…comme quand je fais hum hum !

Oogo : … La vaisselle ? (Rires)

Au niveau de la recherche graphique, vous travaillez avec pleins de monde, vous avez une équipe qui vous suit tous les jours ?

 Oogo : Non pas vraiment, c’est un peu le même concept que les collab sur l’album la Boulangerie, c’est des gens qu’on rencontre sur notre parcours, des gens qui viennent nous voir et en général c’est toujours pareil : il y a un côté humain qu’on apprécie, des types qui kiffent notre univers aussi. On leur donne souvent les premières idées qui nous passent par la tête puis on leur fait confiance. On laisse souvent carte blanche aux artistes et on essaye de marcher comme ça. Le seul problème c’est que ça coute cher de faire de la video, ça prend du temps mais pour nous, notre souhait, c’est dans faire de plus en plus car on reste passionné de vidéos, de films, de clip… Ça fait partie des collab géniales qu’on peut avoir quand on fait de la musique, c’est à dire de pouvoir mélanger les artistes dans le but créer une « œuvre ».

Et vous avez essayé de créer un certain univers à travers vos clips ?

Oogo : Tu vois là encore pas spécialement, et je sais pas si c’est bien mais c’est vraiment les relations qu’on va avoir avec les types avec qui on bosse qui vont proposer, interpréter notre musique et qui vont avoir la créativité d’expression sous forme d’images. Justement on aime bien être en décalage avec notre musique car on n’aime pas forcement que les gens imaginent des choses toutes faites sur ce qu’on fait.

Je vous présente en exclu un clip issu d’une collab avec Fakear nommé : « Cheesenan ».

Et là encore, tu vas voir que le clip n’est pas forcement en accord avec la musique, c’est ce qu’on aime.

Vous allez jouer dans quelques heures là, il est 22h30 à ma montre, vous avez hâte de jouer, vous allez balancer une/plusieurs exclus ?

Oogo : Oui on va jouer des sons qui ne sont pas sortis, ça c’est sur, on va remixer, reprendre des sons, il n’y a jamais exactement les mêmes versions que sur l’album. En exclus en particulier, je crois bien que ce soir on ne va pas en jouer…enfin tout peut arriver mais il y aura pleins de surprises ça c’est sur !

Et là si vous voulez jouer un son, ce serait lequel ?

Gib: Make U !

Chomsky : Oui, Make U mais vraiment l’intro car…J’ai envie de commencer par une intro ! (Rires)

Oogo : Eat U !

Et pour conclure, si je vous demande de me citer une pâtisserie qui vous correspondrait le mieux, vous me dites quoi ?

Chomsky : UNE BANANE FLAMBEE (c’est pas une pâtisserie mais on l’excuse)

Oogo : Là tu vois je vais te citer plus un truc à bouffer qu’une pâtisserie…

Tu veux manger quoi alors ?

Chomsky : On sort de table tu peux pas nous demander ça !

 Oogo : J’avoue on vient de s’empiffrer c’était super bon en passant… Là, tu vois une salade de fruit je mangerais bien. Tu sais quoi je prendrais bien un melon aussi…un bon GROS melon, ou plutôt deux bon GROS melons (je vous passe les signes qu’il peut faire avec les mains, je pense que vous avez compris).

Gib : Un sorbet framboise.

Chomsky, Oogo : Impossible à retranscrire, ils se foutent de la gueule de Gib, ils imitent les animaux…

Bon les gars je vous remercie !

Oogo : Désolé pour la fin c’était n’importe quoi ! (Rires)


Merci à la Fine Equipe et aux organisateurs des Nuits Carrées d’avoir accepté qu’on puisse les approcher quelques instants.

Propos recueillis par Alexis Auvitu.

Be first to comment